Essai : Mercedes Classe E 300 e Break (2024)

Essai Mercedes E 300 e Break 2024

La nouvelle génération de routières du segment E est arrivée et quand on parle de ce segment, un nom ne peut pas manquer à l'appel. Ainsi, la Mercedes Classe E se décline à nouveau en berline et en break, et ce dernier offre un espace intérieur considérable. Mais cet espace tiendra-t-il le coup avec un gros pack de batteries sous le plancher ? On découvre la E 300 e hybride rechargeable.

La Mercedes Classe E est une véritable icône, cela ne fait aucun doute. Par exemple, son pedigree sous différents noms remonte secrètement à l'année 1946, ce qui en fait d'emblée le modèle le plus ancien de l'histoire de Mercedes-Benz. Il est donc presque impossible de compter le nombre de générations que les Allemands ont déjà fait de leur berline segment E, mais une chose est sûre : il n'y en a jamais eu de mauvaises. Et il est clair qu'à Stuttgart, on prend cet héritage très au sérieux…

E AVEC PLUS D'AGITATION

Voici donc la toute nouvelle Mercedes Classe E et poutre être un peu dur, on pourrait dire qu'il s'agit d'un demi facelift. Les designers sont restés fidèles aux proportions du modèle sortant et c'est bien normal. Après tout, ce dernier était déjà plus lisse que jamais et la nouvelle génération ajoute à cela, faisant presque ressembler la berline à un coupé 4-portes. Pour sa part, notre break penche vers le shooting brake, bien que ce soit surtout une illusion créée par ses vitres inclinées. En effet, en termes de silhouette, cela reste un break traditionnel, mais avec quelques formes d'étoiles kitsch dans les feux arrière et une calandre éclairée si on le souhaite.

Test Mercedes E-Klasse break 2024

L'habitacle n'est pas en reste, bien entendu, et ce n'est pas peu dire. En effet, la Classe E présente le nouveau Superscreen, petit frère de l'Hyperscreen que Mercedes remodèle dans ses modèles EQ, pour ainsi dire. Ce système se compose lui aussi de trois écrans distincts qui occupent la quasi-totalité du tableau de bord, même si nous pensons qu'il est mieux conçu que l'Hyperscreen. Par exemple, la disposition est un peu plus structurée du fait que l'écran du conducteur est un élément séparé, mais l'absence de boutons physiques reste tout aussi désastreuse...

CHARGE RAPIDE

Heureusement, l'acheteur plus traditionnel peut toujours trouver la tranquillité d'esprit dans la gamme de moteurs, car pour quelque chose comme une E électrique pure, vous devez être avec l'EQE. La Classe E la plus électrifiée est la E 300 e, et avec tous ces "e", Mercedes tient à préciser qu'il s'agit d'une hybride rechargeable. Elle associe le moteur essence 4-cylindres de 2,0 litres de la E 200 à un moteur électrique, qui développe à lui seul 129 ch. C'est donc juste assez pour suivre le trafic sans avoir à faire tourner le moteur à combustion, et si vous le faites, vous obtenez un total de 312 ch et 550 Nm de couple.

Test Mercedes E-Klasse break 2024

Le moteur électrique tire son énergie d'une batterie qui, comme le veut la tradition Mercedes, n'est pas des moindres. Ainsi, le pack de batteries mesure un joli 25,4 kWh qui, il y a dix ans, suffisait à alimenter une Renault Zoé entière. En revanche, la Classe E devrait bénéficier d'une autonomie de 95 à 113 kilomètres, du moins sur papier. Si vous n'avez toujours pas envie de faire le plein d'essence, vous pouvez également charger rapidement la batterie à 55 kW. Cela permet de reconstituer l'alimentation en énergie en une demi-heure, ce qui est idéal pour le chauffeur de taxi qui souhaite faire une pause-café entre deux trajets.

Bouge de la, BMW !

Secrètement, cependant, cette nouvelle Classe E est plus qu'à la hauteur de sa réputation de taxi typique. Lors de notre essai avec la berline, par exemple, la question de savoir pourquoi quelqu'un envisagerait une Classe S s'est posée, mais notre break était équipé du pack AMG Line, et c'est tout le contraire qui se produit. Ainsi, après quelques kilomètres avec cette E, nous avons sincèrement dû sortir pour jeter un coup d'œil au nez afin de vérifier si l'on ne nous avait pas donné par erreur une Classe C. Et ce, dans un sens tout sauf négatif !

Test Mercedes E-Klasse break 2024

En effet, cet engin roule de manière si serrée, si prévisible et si précise que l'on oublie sur le champ que l'on se trouve sur une piste avec un break de 5 mètres de long. La Classe E le doit non seulement à sa direction, qui trouve l'équilibre optimal entre réactivité et sang-froid, mais aussi à sa suspension polyvalente. Ainsi, en conduite sportive, notre E 300 e est restée collée à la chaussée, tandis qu'en mode confort, elle offre toujours l'amortissement nerveux que l'on est en droit d'attendre d'une 'Benz. En bref : place à la BMW Série 5, car la Classe E est soudain le segment E le plus polyvalent.

Plus de COFFRE…enfin, presque

Quoi qu'il en soit, cet hybride rechargeable est bien entendu destiné à être conduit en mode électrique autant que possible et nous avons pu le faire sur un parcours mixte sur une distance respectable de 76 kilomètres. En conséquence, après 100 kilomètres, une consommation de 2,8 l/100 km est apparue sur notre compteur et si vous continuez à rouler, la E 300 e est toujours assez économe en carburant. Nous recommandons toutefois de recharger la batterie aussi souvent que possible, et ce pour deux raisons. Tout d'abord, sans la batterie, vous ne disposez que des 204 ch du moteur essence, ce qui ne fait pas de votre break de 2,2 tonnes le plus rapide. Par ailleurs, nous avons été légèrement déçus par l'insonorisation du compartiment moteur, ce qui enlève un peu du confort typique de la Classe E à essence.

Test Mercedes E-Klasse break 2024

Secrètement, il y a une troisième raison pour laquelle nous aimerions que cette batterie soit pleine d'énergie aussi souvent que possible, et c'est que la batterie est sinon tout simplement dans le chemin. Contrairement à la nouvelle BMW Série 5 Touring, Mercedes n'a pas réussi à laisser le volume du coffre intact lors du montage de la batterie. Ainsi, le plancher du coffre est monté quelques centimètres plus haut, ce qui ne donne que 460 litres de volume de coffre dans la version hybride rechargeable. Les versions sans prise offrent en revanche 615 litres, soit 45 litres de plus que ce que l'on trouve à l'arrière d'une telle BMW. Ce qui est plus ennuyeux, c'est qu'il n'y a pas de place sous le plancher du coffre pour ranger le câble de recharge. Et pour autant que nous le sachions, un véhicule hybride rechargeable a toujours besoin d'un câble de recharge…

BEAUCOUP pour beaucoup

Mais ce ne sont là que des défauts mineurs sur le blason général de cette Classe E. Mais combien faut-il payer ? Eh bien, Mercedes demande au moins 61 710 € pour la nouvelle Classe E et, en break, ce prix de base passe à 64 251 €. C'est un peu plus que ce que devrait coûter une nouvelle BMW Série 5 en version Touring et nettement plus cher qu'une Audi A6 Avant, même si, surtout par rapport à cette dernière, Mercedes propose beaucoup de voitures pour ce prix. Par exemple, la E 200 de base offre d'emblée des équipements tels que des sièges avant chauffants, une sellerie mi-cuir, un chargeur de smartphone sans fil, un régulateur de vitesse adaptatif et une caméra de recul.

Test Mercedes E-Klasse break 2024

Pour ce qui est des hybrides rechargeables, cette E 300 e est la façon la moins chère de brancher votre Classe E de nos jours. Pour cela, vous paierez 76 714 € sous forme de break, et en plus, il y a aussi la E 300 l'hybride diesel, qui devrait coûter au moins 78 650 €. Pour la berline, il y a aussi une E 400 e essence qui la fait monter à 381 ch pour 91 597 €, mais pour la Classe E break, il n'y a rien de tel pour l'instant.

CONCLUSION

La nouvelle Mercedes Classe E ressemble à une évolution modeste de sa devancière, mais derrière cette façade se cache une voiture plus polyvalente que jamais. Vous pouvez donc l'acheter pour son confort ou l'équiper d'une finition AMG Line pour donner une leçon de maniabilité à plus d'un concurrent. En outre, le break offre toujours autant d'espace, à moins que vous ne le commandiez en version hybride rechargeable... Car cette grande autonomie électrique nécessite évidemment une grande batterie.

Specificaties

Motor

2,0 litres essence + moteurs électriques

Puissance

312pk

Couple

550 Nm

Overbrenging

Automatique, 9 rapports

Transmission

achterwiel

Poids

2 210 kg

Vitesse de pointe

227 km/u

Prix du vehicule essayé

€ 76 714.00

0 à 100 km/h

6.50 sec

Gemiddeld testverbruik

2.80 L/100km

Coffre min.

460 L

Rejet de CO2

20 g/km

Derniers articles publiés

Commentaires

Laissez un commentaire

Commentaires récents

acce 2024

Derniers Essais

Tous les essais

Derniers Chroni

Tous les reportages

Dernières Actualités

Tous les actualités