Essai : Opel Mokka-e (2021)

Essai : Opel Mokka-e (2021)

L'Opel Mokka X est morte, vive... l’Opel Mokka. La deuxième génération du crossover compact ne se contente pas de supprimer le suffixe "X", elle se réinvente. Et, bien sûr, elle obtient une version électrique.

La raison de cette métamorphose complète n'est pas difficile à trouver, bien sûr. Il y a quelques années, Opel est passé de General Motors à PSA, qui s'appelle maintenant Stellantis. La première génération de Mokka, à partir de 2012, a donc toujours navigué sous le drapeau américain et dans ses premières années, on a pu la confondre avec le Chevrolet Trax.

GM avait une deuxième génération de Mokka prête à partir, mais le rachat d'Opel par PSA en 2017 y a mis un terme. Le nouveau gardien français voulait couper les liens avec les anciens propriétaires et Opel a donc été autorisé à mettre cette deuxième génération au rebut et à repartir à zéro. À quoi aurait ressemblé le nouveau Mokka original ? Il suffit de taper sur Google "Buick Encore 2020" pour le savoir.

Opel Mokka E test 2021

UNE BASE FAMILIÈRE

Au lieu de cela, Opel a été autorisé à travailler avec la GT X Experimental, la voiture concept de 2018 qui a annoncé la nouvelle identité de marque du Blitz. Ce modèle conceptuel devait être calqué sur une plateforme PSA existante. En effet : cette nouvelle Mokka utilise la plate-forme CMP et partage ainsi ses fondements avec la DS 3 Crossback, la Peugeot 208 et 2008 et l'Opel Corsa.

Opel Mokka E test 2021

Cela signifie que ce crossover remarquable reprend les grandes lignes de la GT X Experimental, adaptées sur certains détails. Avec ses 4,15 m, la deuxième génération de Mokka n'est pas moins de 13 centimètres plus courte que sa devancière, et elle doit encore dépasser deux chiffres notables en termes de longueur : la Peugeot 2008 (4,30 mètres) et…l’Opel Crossland (4,21 mètres).

INSPIRANT

Il se distingue et, à cet égard, il est radicalement différent de son prédécesseur. Opel veut que vous vous arrêtiez et regardiez le Vizor, la calandre noire brillante entre les phares avec le logo Opel au milieu. De profil, il obtient une ligne contrastée entre le toit et les portes, tandis que vous pouvez également opter pour une couleur contrastante pour le capot et le toit afin de compléter l'image saisissante.

Si nous suivons le dossier de presse, nous devrions alors jeter un coup d'œil au Pure Panel à l'intérieur. C'est un joli langage marketing pour un tableau de bord plus minimaliste que celui auquel nous sommes habitués chez Opel, avec un grand tableau de bord numérique de 12 pouces et un écran d'info-divertissement qui ne dépasse pas 10 pouces. Le tableau de bord est un mélange de boutons Opel classiques (surtout sur et autour du volant) et de logiciels PSA. Heureusement, la climatisation est séparée alors que la commande de boîte reçoit un tout nouveau bouton dans notre Mokka-e électrique.

Opel Mokka E test 2021

Mais avant de passer au groupe motopropulseur, nous restons à l'intérieur pendant un certain temps. Comme le Mokka est devenu légèrement plus petit, l'espace à l'intérieur se rétrécit également. À l'avant, il n'y a pas de problème et la position de conduite est même étonnamment basse pour un crossover, mais à l'arrière, on se sent un peu plus à l'étroit. Le coffre reste plus ou moins au même niveau que son prédécesseur avec 350 litres, bien que dans la Mokka-e il ne reste que 310 litres.

Moteur FAMILIER

En parlant de Mokka-e, il n'est bien sûr pas surprenant qu’Opel lance immédiatement une version électrique. Bien que le Mokka soit également disponible avec des moteurs classiques à essence et même diesel : le 1.2 PureTech 3-cylindres de 100 ou 130 ch, et le 1.5 diesel de 110 ch. La Mokka-e reprend le groupe motopropulseur de la Corsa-e, de la Peugeot e-208 et de la e-2008. Il s'agit bien sûr du moteur électrique de 100 kW (136 ch) et 260 Nm, combiné à une batterie de 50 kWh.

Sur le papier, cela devrait permettre à l'Opel Mokka-e de parcourir 324 kilomètres (WLTP). Dans la pratique, cependant, c’est une autre histoire. Le jour de notre test, en hiver avec un trafic autoroutier important, l’autonomie a étonnamment rapidement chuté à 200 kilomètres. Dans ces circonstances, vous serez de retour à votre wallbox (11 kW) ou à un chargeur rapide (100 kW) plus tôt. Mais là encore, le Mokka-e est confortable à conduire : il est rapide sans être écoeurante (0-100 km/h prend 9 secondes) et à 1,6 tonnes sur la balance, il reste relativement léger pour un crossover électrique.

Opel Mokka E test 2021

En même temps, ce poids modeste et cette rigidité accrue se traduisent par une dynamique agréable. La Mokka-e est stable et dynamique, mais il est quelque peu freinée par sa direction légère et insensible. Et par ses modes de conduite, car pour bénéficier de la pleine puissance, il faut choisir le mode Sport. Dans la circulation quotidienne, le mode Normal est plus que suffisant.

PRIX

Opel demande au moins 22 600 euros pour sa nouvelle Mokka ; la Mokka-e coûte quant à elle 36 200 euros. Notons que le Crossland relooké n'a pas de version électrique, mais à 19 950 euros, il est légèrement plus spacieux et un peu moins cher. En restant fidèles à PSA - excusez-moi, Stellantis - les Peugeot 2008 et e-2008 sont plus ou moins au même niveau de prix.

Opel Mokka E test 2021

CONCLUSION

Le nouvel Opel Mokka rompt radicalement avec son prédécesseur. Non seulement en termes de conception, mais aussi de gamme de moteurs et de maniabilité. En raison de son prix élevé, le Mokka-e ne plaira qu'à une poignée de personnes, mais en tant que signe de la "nouvelle" marque Opel, il est tout à fait remarquable. La seule question qui reste est de savoir dans quelle mesure ce Mokka pourra rivaliser avec le Crossland...

Specificaties

Motor

électrique

Puissance

136pk

Couple

260 Nm

Overbrenging

automatique

Transmission

voorwiel

Poids

1 598 kg

Vitesse de pointe

150 km/u

Prix de base

€ 36 200.00

0 à 100 km/h

9.00 sec

Coffre min.

310 L

Auteur: Wim Bervoets
Commentaires: 0 reacties

Tags

Derniers articles publiés

Commentaires

Laissez un commentaire