Chronique WB : le choix du cœur

Subaru Outback

Obstacle important franchi : ma petite amie a également été conquise. Un haut seuil d'entrée, beaucoup d'espace, une gamme complète d'équipements et une fiabilité digne d'une horloge suisse - c'est du moins ce qu'ils aiment dire. Restent : le look pas très sexy, la consommation élevée et les taxes élevées. Mais c'est le prix à payer pour le choix du cœur, non ?

J'en ai rêvé pendant des années, cher lecteur. Une voiture qui vous accompagne pendant des années et qui ne vous laisse jamais tomber. Un produit qui convient à la fois aux étés chauds et aux hivers rigoureux - car, étonnamment, nous en avons eu un cette année. Une voiture sur laquelle vous pouvez compter chaque jour, mais qui redémarre aussi sans hésitation après des mois d'immobilisation. Une machine comme celle-là où vous n'avez jamais à penser ”comment vais-je mettre tout ça dans mon coffre” ou quand vous devez la nettoyer à nouveau. Parce qu’aucune âme ne le regardera, et l'admettra : cet aspect vécu lui va bien.

Subaru Outback

OBJECTIVEMENT L'OUTSIDER

En fait, ça fait des années que j'ai des vues sur une voiture comme celle-là. Elle s'appelle la Subaru Outback et, si je suis honnête, elle a beaucoup de facteurs contre elle. Son moteur boxer assoiffé, par exemple, et ses émissions de CO2 élevées, et donc sa charge fiscale. Ou - et je dis ça comme ça - un revendeur proche. Et puis, il y a une longue liste de marques automobiles qui pourraient concevoir un tableau de bord avec plus de sens du style ou d'uniformité.

Mais l'hiver dernier, j’ai pris une Outback pour aller dans les Cantons de l'Est, tout s'est remis en place et même ma petite amie a compris le charme des Japonais. Les sièges chauffant - je sais, comment peut-on même y penser par cette température ? - que l'on peut trouver les yeux bandés, les bagages que l'on peut placer sans regarder derrière soi, la suspension surélevée qui aurait su quoi faire sur ce satané tronçon de la E42 entre Verviers et Spa s'ils ne l’avaient pas reconstruit. Et comme l'Outback n'a pas la prétention d'être sportive, je pourrais même vivre avec la boîte de vitesses Lineartronic.

Subaru Outback

L’OUTBACK COMME OUTSIDER

Il n'y avait pas de neige dans les Cantons de l'Est, mais je sais, pour avoir fait un voyage en Finlande par -15 °C il y a quelques années, que l'Outback n'a aucun problème avec cela non plus. J'y ai également appris que Subaru choisit consciemment d'être en décalage avec les autres marques de voitures vendues en Europe. On peut se demander s'ils peuvent maintenir cette position encore longtemps, mais cela ne rend pas moins forte ma faiblesse pour l'outsider que représente l'Outback.

Il y a quelques semaines, j'ai conduit la nouvelle Outback. Étonnamment, elle ne m'a pas charmé autant que le modèle sortant. Je pense que c'est à cause du grand écran tactile, que Subaru semble avoir installé dans une tentative de se conformer de toute façon. Alors maintenant, le prédécesseur hante mon esprit. Difficile à trouver d'occasion, et encore moins dans les limites de mon budget, des taxes élevées et une forte consommation. Mais quand même, ce sont des choses que je mettrais facilement de côté pour un choix du cœur.

QUESTION : Je suis sûr que je ne dois pas être le seul à avoir une préférence aussi irrationnelle pour une voiture. Et vous, pour quel outsider cœur flanche-t-il ?

Auteur: Wim Bervoets
Commentaires: 0 reacties

Tags

Derniers articles publiés

Commentaires

Laissez un commentaire

Commentaires récents

Derniers Essais

Tous les essais

Derniers Chroni

Tous les reportages

Dernières Actualités

Tous les actualités