Ancêtre : la Mercedes SL (R107) à 50 ans

Il n’y a pas de meilleure voiture pour traverser la Floride qu'une Mercedes SL des années 70. N'est-ce pas ? Cette luxueuse décapotable célèbre ses 50 ans cette année.

En 1971, Mercedes a remplacé la W113 SL "Pagode" par cette version W107. Le lien avec la Mercedes 300 SL Gullwing que son prédécesseur avait encore dans son design a été complètement effacé par le duo de designers Joseph Gallitzendörfer et Friedrich Geiger. La collaboration de ce duo est véritablement un pont entre deux générations de designers. Alors que la Gullwing SL sortiat encore de la plume de Geiger, Gallitzendörfer conçoit plus tard la Mercedes 190, la Baby-Benz. Juste pour montrer comment le passé et le futur allaient ensemble.

Le passé et l'avenir n'ont pas seulement fait bon ménage dans le duo de designers - où l'avenir l'a clairement emporté - mais les deux ont également joué un jeu sous la peau. Le châssis de la W107 provient de la W114-berlines de 1968, également appelée "Strich-Acht". Comme vous pouvez le constater, les Baureihes Mercedes ont toujours eu un surnom, avec la W107 c'était la "Panzerwagen". Non pas parce que l'Allemagne était de nouveau d'humeur belliqueuse, mais parce que la voiture pesait beaucoup plus que sa devancière, malgré les méthodes de production plus modernes disponibles.

ROUBLES D'ÉMISSION

Mercedes a fourni à la SL/SLC de 71 un ensemble de moteurs que l'on pouvait également trouver dans d'autres grandes voitures Mercedes de l'époque. Au moment de leur lancement, le coupé SL et le roadster SLC étaient tous deux équipés d'un moteur V8 de 3,5 litres à essence. En raison des réglementations plus strictes en matière d'émissions sur le marché américain, la puissance du 3,5 litres de 200 ch a trop baissé. Mercedes a donc décidé d'introduire un V8 de 4,5 litres dans la 450 SL. En Europe, la crise pétrolière se fait sentir et en 1974, une nouvelle version d'entrée de gamme est introduite avec la 280 SL. Ce moteur était un six en ligne avec 185 ch. Au fil des années, la puissance des voitures a évolué et, aux États-Unis, Mercedes a ajouté une 560 SL à son assortiment. Pour l'Europe et l'Amérique, il y avait aussi une 500 SL avec 240 chevaux.

Il est remarquable de constater que Mercedes a modifié les moteurs, la puissance et les émissions de la W107 SL/SLC au fil des ans, mais n'a pas touché à son look. Le design était considéré comme intemporel et même lorsque la série a été remplacée par la R129 SL en 1989, la ressemblance est toujours visible. On peut dire que la R107 est une icône de style pour les voitures Mercedes des années 70 et 80.

Gros pare-chocs

Il existe une différence entre les SL/SLC européennes et américaines en matière de design. La version américaine avait des doubles phares ronds en raison des règles de américaines strictes. Cette règle concerne également d'autres marques européennes, par exemple les Volvo de cette époque ont des doubles phares carrés en Amérique. Les pare-chocs des SL/SLC ont également été adaptés à la réglementation américaine. Celles-ci stipulaient qu'un pare-chocs devait être capable de résister à un impact jusqu'à 5 km/h (8 mph). Mercedes a donc allongé le pare-chocs de 20 centimètres. Ce n'était pas joli, mais c’était plus sûr. En 1981, la loi a été modifiée, mais les Mercedes SL/SLC ont continué à circuler avec le pare-chocs à lèvre épaisse.

Si Mercedes a accordé autant d'attention à la version américaine de la SL/SLC, c'est en raison des chiffres de vente. Les deux tiers des ventes du coupé et du cabriolet ont été réalisées aux États-Unis. La SL/SLC a été construite à 237 287 exemplaires au cours de toute sa carrière, dont une majorité de 450 SL. La SLC - le coupé - a été produite à 62 888 exemplaires, principalement en 450 SLC.

Auteur: Sven
Commentaires: 0 reacties

Tags

Derniers articles publiés

Commentaires

Laissez un commentaire