La Lamborghini Diablo a 30 ans

Lamborghini Diablo

En 2020, il y aura trente ans que Lamborghini a montré la Diablo au grand public. La voiture était en tête des supercars des années 1990.

La Lamborghini Diablo a été lancée en 1990 pour succéder à la légendaire Countach. Cependant, les origines de la voiture remontent au milieu des années 1980. À cette époque, Marcelo Gandini a dessiné plusieurs esquisses pour le Projet 132, le successeur de la Countach. Cependant, en 1987, Lamborghini a été vendue au groupe Chrysler, qui n'aimait pas le design de la nouvelle voiture de sport et voulait que son propre département en fasse un design. Finalement, ils sont revenus aux dessins de Gandini, bien qu'ils aient déjà vendu son dessin à Cizeta, faisant en sorte que la Cizeta Moroder et la Lamborghini Diablo se ressemblent comme deux gouttes d'eau.

Du moins à l'extérieur, car sous le capot de la Diablo se trouvait un moteur 5.7 V12 de sa propre marque, qui provenait en fait déjà de la Lamborghini 350 GT. Dans la Diablo, le moteur produisait pas moins de 492 ch. Cela ne devrait plus être le cas aujourd'hui, maintenant que toutes sortes de danses de pouvoir se déroulent sans heurts sur ce pouvoir, à l'époque il était très populaire. La Diablo a atteint une vitesse de pointe de 320 km/h.

CHANGEMENT DE VITESSE OUVERT

Même si Chrysler a finalement pu compter sur un beau design de l'Italien Marcelo Gandini, l'intérieur est venu de Detroit. Le lien avec la Chrysler Viper de cette époque n'est jamais loin à l'intérieur. Les commandes semblent descendre comme un large escalier dans la console centrale, s'ouvrant sur le levier de vitesse avec grille de changement de vitesse ouverte de la boîte manuelle à cinq vitesses. Cette boîte de vitesses à cinq rapports s'est vite révélée être "El Diablo", car l'embrayage était extrêmement dur et pouvait difficilement être actionné avec plus de deux pieds. Néanmoins, la Diablo tient son nom des toreros ; El Diablo s'était battue avec acharnement lors d'un combat contre le torrero El Chicorro en 1869.

Le lancement de la Diablo était un fait et tout le monde rêvait de cette supercar exotique. Pour beaucoup, c'est resté ainsi, car une Diablo coûtait facilement 9 millions de francs belges (225 000 euros) à l'époque. Une Ferrari Testarosse a coûté un bon 7 millions (173 500 euros) et une Volkswagen Golf un peu moins d'un demi-million (10 000 euros).

QUATRE ROUES

En 1993, Lamborghini a lancé une Diablo VT à quatre roues motrices. La Diablo sur le véhicule tout-terrain LM002 est donc devenue après la première Lamborghini à quatre roues motrices. Deux ans plus tard, la Lamborghini a été vendue à un groupe d'investisseurs asiatiques. Puis vint une Diablo Roadster, bien qu'elle n'ait pas beaucoup moins qu'un petit toit à jeter, car le moteur se trouvait juste derrière la cabine. Quelques instants plus tard, Lamborghini a lancé une version plus efficace de la Diablo, la Diablo SV avec 510 ch et un système de freinage modifié. En 1998, Lamborghini a été rachetée par le groupe Volkswagen et confiée à Audi.

Ce n'est qu'en 1999 qu'un lifting de la Diablo, reconnaissable à ses phares à verres transparents, a été introduit et Lamborghini a ainsi laissé derrière elle l'ère des phares rabattables. Il a obtenu un nouveau tableau de bord et la puissance de base a été augmentée à 530 ch. A la toute fin, la Diablo VT 6.0 a obtenu son droit de naissance avec un - vous l'avez deviné - V12 6.0 comme moteur. Il était uniquement disponible en deux couleurs "Oro Elios" et "Marrone Eklipsis", l'une représentant le lever du soleil, l'autre le coucher du soleil. Lamborghini n'a produit que 42 exemplaires de la Diablo avec ce moteur.

En 2001, la production du Diablo a pris fin. Normalement, un successeur aurait dû être prêt, mais comme c'est le cas pour les Italiens, les successeurs ne viennent pas seulement quand ils sont censés être là. Seuls 2 884 exemplaires de la Diablo ont été construits, ce qui ne fait qu'accroître l'exclusivité - et le prix pour le collectionneur.

Auteur: Sven
Commentaires: 0 reacties

Tags

Derniers articles publiés

Commentaires

Laissez un commentaire